ADAM KINNER & JACOB WREN

Mercredi, 15 janvier, 2014

Jacob Wren et Adam Kinner performance et conférence avec Jeanne Randolph

 

Voir la performance de Adam Kinner & Jacob Wren:

 

 

 

Voir la conférence avec Jeanne Randolph:

 

 

 

Adam Kinner & Jacob Wren, Music and Theatre Must Learn to Disassociate, 2013, performance, édition de trois disques vinyle, tourne-disque, haut-parleurs, avec la permission des artistes.

 

Différents médiums artistiques fonctionnent selon des modalités différentes, nous pourrions même dire qu’ils ont des personnalités différentes qui les habitent et les accompagnent. Certains aspects de ces modalités sont directement reliés à la nature et à l’histoire des médiums en question alors que d’autres sont de nature davantage anecdotique. Pour leur première collaboration, Adam Kinner et Jacob Wren se concentrent sur les domaines de la musique et du théâtre. Un simple constat sert de point de départ au projet : Adam a débuté sa carrière en musique tandis que Jacob l’a commencée en théâtre. Pourtant, ces débuts s’accompagnent de questions, d’ambigüités, de frustrations, d’ambivalences, de joie, de ressentiment, de trajectoires, de constatations, de histoires, de quelque chose que nous pourrions appeler une expérience, d’une formation et d’un désapprentissage, de perspicacité, de panique, de paranoïa, etc.

 

Leur performance collaborative Music and Theatre must Learn to Disassociate prend la forme d’une série de questions continue. Durant cette période de questions, Adam joue le rôle de la Musique tandis que Jacob tiend celui du Théâtre. La Musique pose des questions au Théâtre et le Théâtre réplique en posant des questions à la Musique. Ils incarnent (dans une sorte de semi-anthropomorphisme) les formes d’art avec lesquelles ils ont débuté leurs carrières, puis s’interrogent l’un l’autre dans et à travers ces incarnations ironiques. Leurs questions et réponses semi-improvisées abordent de manière oblique les enjeux liés à ce que cela peut signifier de travailler dans un milieu plutôt qu’un autre. Cette performance est aussi un acte continu de dissociation.

 

Un disque vinyle accompagne leur performance. Il a été réalisé spécifiquement pour cette exposition et placé sur un tourne-disque fonctionnel afin que les visiteurs puissent le faire jouer à leur guise. Sur une face du vinyle, Adam répond à des questions dans le rôle de la Musique, tandis qu’un silence remplace les périodes où Jacob pose ses questions. Sur l’autre face du vinyle, Jacob,  répond à son tour dans le rôle du Théâtre alors qu’un silence prend la place des questions d’Adam. Chaque côté comporte une série de réponses complexes à des questions absentes. Ces absences et la façon dont elles circonscrivent chaque réponse et suggèrent peut-être des pistes pour comprendre la signification du titre Music and Theatre must Learn to Disassociate.

 

- Adam Kinner et Jacob Wren

 

 

 

 

 

CVs

 

Adam Kinner

 

Adam Kinner est un artiste établi à Montréal qui travaille au croisement de la danse, de la musique et des arts visuels. Saxophoniste de formation,,il a commencé à performer ses propres chorégraphies en 2011. Il est intéressé par les modes de présentation et les conventions que nous prenons pour acquis en tant que spectateurs. En remettant en scène ces conventions et en les reformulant, il nous pousse à reconsidérer les relations que nous entretenons ensemble et celles qui nous lient aux œuvres performées devant nous.

 

Il a présenté son travail à l’Usine C, à Tangente, au OFFTA et au Musée McCord à Montréal et a également pris part à des résidences via le Third Floor Project à l’Usine C et au Banff Centre for the Arts. En tant que musicien, il a présenté des spectacles solo à New York, à Montréal, à Berlin, à Toronto et à Washington DC et a réalisé plusieurs tournées en Amérique du Nord et en Europe avec divers groupes établis à Montréal.

 

 

 

Jacob Wren

 

Jacob Wren crée de la littérature, des performances et des expositions. Ses livres incluent entre autres : Unrehearsed Beauty, Families Are Formed Through Copulation, Revenge Fantasies of the Politically Dispossessed et son prochain roman, Polyamorous Love Song, finaliste pour le Fence Modern Prize in Prose 2013. Ses deux premiers romans ont été traduits et publiés en français par Le Quartanier. En tant que co-directeur artistique du groupe interdisciplinaire PME-ART, basé à Montréal, il a collaboré à la création des performances En français comme en anglais, it’s easy to criticize (1998), à la série HOSPITALITÉ/HOSPITALITY comprenant les projets Individualism Was A Mistake (2008) et The DJ Who Gave Too Much Information (2011) et à la création de leur projet en cours Every Song I’ve Ever Written (2012). Il a aussi travaillé avec Nadia Ross et sa compagnie STO Union. Ensemble, ils ont écrit et réalisé Recent Experiences (2000) et Revolutions in Therapy (2004). Ses collaborations internationales incluent une adaptation pour la scène du roman de Wolfgang Koeppen Der Tod in Rom datant de 1954 (Sophiensaele, Berlin, 2007), An Anthology of Optimism (co-réalisé avec Pieter De Buysser/Campo, Ghent, 2008), Big Brother Where Art Thou? (un projet réalisé entièrement sur Facebook en collaboration avec Lene Berg / OFFTA / PME-ART, 2011) et No Double Life For The Wicked (co-réalisé avec Tori Kudo / The Museum of Art, Kochi, Japon, 2012). Il voyage à l’international avec une fréquence alarmante et écrit fréquemment sur l’art contemporain.

 

 

Jeanne Randolph

 

Le travail culturel (livres, conférences, performances) de Jeanne Randolph manipule la jusqu’à ce qu’elle soit pertinente face à la technologie, à la publicité, à l’éthique, aux spectacles sportifs vus par les masses, au consumérisme et à la philosophie. Son livre le plus récent, OUT OF PSYCHOANALYSIS: ficto-criticism 2005-2011, est publié par Artspeak, Vancouver.

 

 

Pour les textes recommandés par Adam Kinner et Jacob Wren, veuillez consulter le centre de recherche.