ILLUSIONS PERDUES | LOST ILLUSIONS

Volet 3

SARAH PIERCE

avec Thomas Dalbec

10 MAI - 28 JUIN 2014

Lost illusions - Illusions perdues
Lost illusions - Illusions perdues

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom
Lost illusions - Illusions perdues
Lost illusions - Illusions perdues

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom
Lost illusions - Illusions perdues
Lost illusions - Illusions perdues

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom
Lost illusions - Illusions perdues
Lost illusions - Illusions perdues

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom
Lost illusions - Illusions perdues
Lost illusions - Illusions perdues

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom
05.jpg
05.jpg

Sarah Pierce, Illusions perdues / Lost Illusions - Volet 3, 2014 Vue d'installation Crédit : Guy L’Heureux

press to zoom

INFORMATION

Vernissage : samedi 10 mai, de 15 h à 17 h

 

La galerie d’art contemporain SBC présente Illusions perdues/Lost Illusions, une exposition individuelle en trois volets de l’artiste Sarah Pierce. Des éléments issus des deux volets précédents, présentés à la Walter Phillips Gallery du Banff Centre et à Mercer Union à Toronto, ont été acheminés à travers le Canada pour être rassemblés à Montréal pour l’exposition Illusions perdues/Lost Illusions – Volet 3. Ces objets et matériaux accumulés – pointant vers des histoires institutionnelles entremêlées – feront l’objet de nouvelles négociations alors que d’autres objets s’ajouteront dans ce nouveau contexte institutionnel.

 

L’intérêt de Pierce pour le statut de l’œuvre, son positionnement et l’acte de collection ainsi que sa relation aux archives, se manifeste dans les moyens employés pour qu’elle-même, ses performeurs-étudiants, des objets et des documents d’archives – et le labeur qu’ils représentent – soient mis à l’avant-plan. Pour Illusions perdues/Lost Illusions – Volet 3, des «test pieces » de différentes sortes seront envoyés à SBC par les deux autres lieux de présentation au cours de l’exposition. Ces échantillons témoignent de différents types de labeur et de valeur et agissent comme des dépositaires d’histoires particulières. Ils seront associés à des éléments extraits par Pierce de l’histoire institutionnelle récente et plus éloignée de SBC. Mêlés à d’autres documents d’archive, ces éléments évoqueront matériellement l’histoire de SBC.

 

Partant de son intérêt pour l’œuvre d’art comme « test piece », comme ébauche dans un état qui n’est pas encore concluant, Pierce s’est tournée vers les « Lehrstücke » (pièces didactiques) développées par Brecht. Dans les trois lieux de présentation, elle a préparé et filmé des ateliers avec des artistes-étudiants reprenant les techniques radicales propres à l’approche théâtrale de Brecht, qui privilégie un côté inachevé. À SBC, une version un à un de l’atelier basé sur le style des « Lehrstücke », rassemblera un artiste-étudiant, Thomas Dalbec, et Pierce. Il sera filmé dans la galerie où la vidéo sera par la suite présentée. Dans cette version, l’artiste se met en jeu à la fois comme réalisatrice et performeuse, impliquée dans la mise en scène et l’interprétation de l’atelier et du film. Les modes de présentation utilisés par Pierce dans l’exposition mettent en évidence le fait qu’elle réévalue constamment les manières de conceptualiser, de fabriquer, de rechercher, d’apprendre et de réfléchir aux objets, aux archives, aux expositions et aux histoires institutionnelles. Les relations complexes qui lient le public à ces éléments sont aussi constamment renégociées.

 

Sarah Pierce est une artiste basée à Dublin. Depuis 2003, elle utilise l’expression The Metropolitan Complex pour décrire sa pratique artistique. Malgré sa résonance institutionnelle, ce titre ne désigne pas un organisme. Il démontre plutôt la large compréhension qu’à Pierce du travail culturel qui intègre souvent des méthodes de travail impliquant le personnel et l’accidentel. Sa pratique artistique est caractérisée par une manière de jouer avec les névroses communes, associées à l’idée de « lieu » (au sens de « complexe freudien »). Pierce s’intéresse aux formes de rassemblement qu’elle examine autant à partir d’exemples historiques que de situations qu’elle initie.

 

 

Illusions perdues/Lost Illusions - Volet 1 :​ Walter Phillips Gallery, Banff

Illusions perdues/Lost Illusions - Volet 2 : Mercer Union, Toronto

ARTISTE