Phénomène de la détente prend le rire au sérieux. Performée à travers des actes de préservation et par le biais de moments de reconnaissance mutuelle, la détente est une exploration de l’hystérique et du viral. Dans un temps de saturation médiatique et d’apocalypse sempiternellement imminente, le Phénomène de la détente célèbre les moments de catharsis passagère. L’acte de rire relâche la pression qui se trouve logée dans le système nerveux, tout comme le fait la soupape de décharge d’une chaudière à vapeur.


Au cours d’ateliers, de discussions, de performances et en humour, Étrangers communs servira de conduit au sein d’un domaine en cours de développement. El est fondé dans l’histoire matérielle des diasporas racisées et le pouvoir de l’affect collectif. La troisième itération d’Étrangers communs est organisée par Tatyana Olal. Présenté par Atelier Céladon, Étrangers communs est un lieu de rassemblement qui priorise les voix des diasporas racisées à Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Calendrier

 

Samedi 7 avril


12h – 13h30

Brunch du samedi

Servi par Sahar Te, Hera Chan et Thy Anne Chu Quang

Offer par People’s Potato

 

14h – 15h45

Atelier– Micro ouvert

Animé par Tatyana Olal

 
16h – 17h45

Discussion – Est-ce une joke pour toi ? Les mèmes et l’identification

dans la diaspora noire

Kalale Dalton-Lutale et Cason Sharpe en conversation avec Tatyana Olal
 
18h30 – 20h30

Performances –

inter-être par wyïsya 

Jetsam par Kaie Kellough

 


Dimanche 8 avril


12h – 13h30

Brunch du dimanche

Servi par Joeun Aatchim, Yen-Chao Lin et Kate Whiteway

Offert par People’s Potato


14h – 15h45

Atelier – Womb Cxre: Chuchotements

Facilité par Be Heintzman Hope 

 

* Les places sont limitées. Cet atelier est en priorité pour les personnes racisées. Veuillez vous inscrire à l’avance en envoyant un courriel à info@atelierceladon.com.


17h – 18h

Humour – Soupapes de pression

À l’affiche : Alo Azimov, Sehar Manji et Sara Meleika


 

 

Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom
Credit : Ashley Sutton-Davis
Credit : Ashley Sutton-Davis
press to zoom

À  l'affiche :

-

 

 

Descriptions des événements

 

Samedi 7 avril


12h–13h30

Brunch du samedi

Servi par Sahar Te, Hera Chan et Thy Anne Chu Quang

Offer par People’s Potato

 

Rejoignez-nous pour un brunch le samedi et le dimanche pour discuter avec les artistes et les commissaires de l’autre moitié d’Étrangers communs 2018, Les murmures qui se sont échappés, une exposition de groupe à la galerie SBC ! Nous offrirons à manger et à boire (café et thé). N’hésitez pas à amener tout ce qui vous souhaitez apporter à la table, y compris vos propres assiettes.

 

 

 

14h – 15h45

Atelier– Micro ouvert

Animé par Tatyana Olal

 

Il est rare qu’on laisse les autres voir nos travaux en cours, on ne voit pas les leur non plus. L’objectif de cet atelier est de célébrer le processus d’un objet inachevé. C’est une occasion de partager le travail créatif qui n’est pas prêt à voir le jour, ou n’en a pas l’intention.

 

Les participantes et participants sont invités à amener leurs projets qui sont inachevés, inédits, rejetés, ou n’ayant pas l’intention à être distribués. L’espace est principalement l’occasion de présenter du matériel brut. Si désiré, un retour commentatif sur le matériel peut être donné. Sinon, encore mieux ! Nous avons l’intention de célébrer l’immensité sans borne de nos stratégies créatives. Cet atelier s’amorcera par une discussion, puis l’espace sera ouvert aux personnes présentes pour le partage de leurs travaux.

 

-

 

Tatyana Olal est une artiste multidisciplinaire, performeuse et productrice basée à Montréal. Ses travaux sont axés sur l’identité, le travail et Blackness, explorés sous l’angle de l’humour sur scène. Elle a interprété et participé au festival Montréal Monochrome, OFF-JFL, SketchFest Montréal, MoMA PopRally, ainsi que collaboré avec plusieurs artistes et organisations, y compris Madelyne Beckles, Collective Culture Montreal, DJ Mauser, et Tranna Wintour.

 

 

 

16h – 17h45

Discussion

Est-ce une joke pour toi ? Les mèmes et l’identification dans la diaspora noire

Kalale Dalton-Lutale et Cason Sharpe en conversation avec Tatyana Olal

 

“Blackness est le tissu vivant des mèmes”, écrit Laur M. Jackson.

 

Le rire libère ses propriétés curatives quand il produit des moments de s’identification. Nous rions car nous avons trouvé quelque chose de vrai, et dans cette vérité, une pléthore d’expériences et d’émotions mises au jour, nous rapprochant les unes des autres.

 

Dans la diaspora noire, l’internet et en particulier les mèmes forment le locus d’identification. Les mèmes deviennent des vaisseaux accueillant le langage, qui à son tour abrite différentes communautés. Cette discussion se penchera sur ces communautés, et réfléchira sur à qui l’accès de la culture et du langage qui s’en découlent est dû.

 

Nous nous demanderons si cela vaut même la peine de dessiner ces frontières. Qu’avons nous l’impression d’être possédé lorsque nos communautés sont infiltrés, lorsque notre culture est récupérée ? À quoi avons-nous le droit ? Qui est en train de rire, et qu’est-ce qu’on trouve de drôle ?

 

-

 

Kalale Dalton-Lutale est écrivaine, interprète et dramaturge de Toronto. Elle a participé à des performances à Pervers/Cité, Montréal MonoChrome, Playwrights Workshop Montréal’s Young Creators Unit Showcase et KillJoy’s Kastle: A Lesbian Feminist Haunted House à Toronto et à Los Angeles. Sa pièce Pinky Swear fera partie de la saison 2017/18 de Geordie Productions. Suivez-la sur Instagram @fwenchfwiez.

 

Cason Sharpe, né et ayant grandi Toronto, vit actuellement à Montréal. Ses travaux ont été publié dans Canadian Art, C Magazine, et GUTS Canadian Feminist Magazine, entre autres. Son premier recueil de nouvelles, Our Lady of Perpetual Realness, a été publié par Metatron en 2017.

 

 

 

18h30 – 20h30

Performances

inter-être par wyïsya   

Jetsam par Kaie Kellough

 

inter-être

inter-être est un rituel interactif mêlant le chant, la prière, la présence et l’incarnation en sculpture. Concentré, au rythme lent et avec un physique robuste, le chant variant de borborygmes à l’animalesque à des boucles mélodieuses à des refrains cathartiques. Frôlant avec les harmonies et les dissonances.

 

Nous inviterons l’audience à rejoindre leurs voix dans un ronronnement puissant et collectif, encourageant l’intuition et la sincérité. Par un acte de grâce et d’intégrité, nous continuons à toucher les nœuds d’oppression qui sont les ondulations karmiques d’une souffrance ignorée. Nous transmutons la honte à un sentiment d’appartenance.

 

-

 

Shahir Omar-Qrishnaswamy est une artiste multidisciplinaire qui organise actuellement des ateliers de méditation, de danse et de chant pour les jeunes nouveaux arrivants et réfugiés. Dans cette vie, Shahir est une personne diasporique, queer et trans de descendance sud-asiatique, ayant grandi entre Mississauga et Malawi. Elle détient un baccalauréat spécialisé en études de cinéma et en sciences de la culture de l’université McGill. Ses philosophies créatives sont fondées sur Dhamma, l’animisme, et la justice écosociale empathique.

 

Wyï est un·e artiste, nonne émergent·e et multidisciplinaire qui pratique présence par la méditation, la danse, la sculpture au crochet et la respiration consciente. Les philosophies de Wyï s’enracinent dans les traditions animistes qu’elle touche avec des rituels de mise en corps. Elle puise dans une éthique de la bienveillance comme motivation à faire mouvement. Dans cette vie, Wyï est une humaine pangenre, née dans un contexte culturel colonial franco-québecois. Elle descend d’ancestralités fluviales et sylvestres, ainsi que de parentés issues d’Europe occidentale, ibérique et scandinave. Elle est née sur les rives au nord de l’île de Tiohtià:ke (Montréal) où elle réside maintenant, en territoire non-cédé, Kanien'kehá:ka.

 

 

Jetsam

Jetsam est une installation électronique et narrative qui oscille entre les Caraïbes, l’Amérique du Sud et le Canada, ayant recours au texte, aux enregistrements de la voix et sur le terrain des Caraïbes, ainsi que le son électronique.

 

-

 

Kaie Kellough est un poète, un romancier et un interprète de son. Son plus récent roman, publié en 2016, s’intitule Accordéon. Ses écrits et ses performances ont été présentés à l’internationale, et il travaille actuellement sur les confins de la poésie et la fiction.

 

 

 

Dimanche 8 avril

 

12h – 13h30

Brunch du dimanche

Servi par Joeun Aatchim, Yen-Chao Lin et Kate Whiteway

Offert par People’s Potato

 

Rejoignez-nous pour un brunch le samedi et le dimanche pour discuter avec les artistes et les commissaires de l’autre moitié d’Étrangers communs 2018, Les murmures qui se sont échappés, une exposition de groupe à la galerie SBC ! Nous offrirons à manger et à boire (café et thé). N’hésitez pas à amener tout ce qui vous souhaitez apporter à la table, y compris vos propres couverts.

 

 

 

14h – 15h45

Atelier – Womb Cxre: Chuchotements

Facilité par Be Heintzman Hope 

 

En tandem avec l’intérêt des Étrangers communs pour le Phénomène de la détente, ainsi que les écrits d’Atelier Céladon sur les murmures comme méthode de communication diasporique, Be Heintzman Hope offre un atelier sur le souffle et le mouvement.

 

Le souffle se produit sans qu’on le demande. Il est, tout simplement, et pourtant il change en tout temps. Le souffle porte le rire, les mots, les cris, la mémoire, et plus encore. Womb Cxre travaille avec la philosophie que le corps porte plusieurs voix, celles qui sont les nôtres et celles qui ont atterri sur nos corps. Chuchotements offre une approche incorporée se penchant sur comment ces voix nous habitent.

 

À travers le souffle, nous nous informerons sur comment le corps est influencé par les autres. Cet atelier est une invitation à réfléchir sur l’effet ondulatoire des micro-manifestations du corps comme des pierres dans l’eau, tout en gardant à l’esprit le macro-contexte des présences coloniales et diasporiques sur Tio'tia:ke. Les participantes et participants seront guidés à travers des exercices de respiration douce, suivis d’activités de groupe qui stimuleront des discussions plus vastes sur l’histoire, les ancêtres et les imaginaires futurs que nous incarnons.

 

-

 

Be Heintzman Hope est artiste facilitatrice·eur, organisatrice·eur communautaire, danseuse·eur, dj et interprète basé à Tio'tia:ke. El est descendant des premiers immigrants chinois arrivés sur le prétendu “Canada” pour travailler sur les chemins de fer, et el détient du sang allemand et écossais de son ascendance et son occupation héritée des terres autochtones. Pour Be, la création est une guérison qui est inextricable à la santé mentale. Son travail est informé sur le trauma, fondé sur le jeu, le plaisir et la confiance que rire tous les jours est un objectif réalisable.

 

 

 

17h – 18h

Humour – Soupapes de pression

À l’affiche : Alo Azimov, Sehar Manji et Sara Meleika

 

Les Soupapes de pression est une série de performances par des humoristes cherchant à disséquer leur pratique. C’est faire des jokes sur faire des jokes. Les interprètes exploreront comment l’humour sert à la fois à l’humoriste et à l’audience, comment prendre soin de soi et des autres à travers l’humour, et ce que signifie de dire une même joke pour la deuxième, troisième et quatrième fois.

 

-

 

Née et ayant grandi à Nairobi, Sehar Manji est improvisatrice, actrice, écrivaine, enseignante et comédienne basée à Montréal. Elle a été formée en improvisation short-form et long-form au théâtre Impro Montréal pendant six ans, où elle était également membre des équipes internes Night Bus et Helmüt. Elle monte régulièrement sur scène à travers la ville, et est un membre clef de la distribution de Colour Outside The Lines, un spectacle d’improvisation célébrant la diversité au sein de la communauté impro de Montréal. Elle a participé à des festivals locaux (MPROV, Montreal Sketchfest, Ladyfest, Fringe, OFF-JFL), ainsi qu’à Toronto (The Big City Improv Festival and JFL42), et à New York (The Del Close Marathon). Elle a également été invitée à faire partie du International Ensemble au Vancouver International Improv Festival durant les deux dernières années !

Sara Meleika est une improvisatrice, narratrice et professeure de secondaire égyptienne. Elle produit et interprète dans Colour Outside the Lines, un spectacle dédié à faire rayonner les voix diversifiées, qui a été souligné par Montreal Gazette et Cult Montreal. Sara est également coproductrice de l’édition 2017 et Ladyfest Montreal, un festival célébrant la comédie centrée sur les femmes ! Elle est actuellement très enthousiaste à devenir la coordinatrice anglophone d’inclusion à Impro Montréal.

Alo Azimov est humoriste qui adore le croquis, l’impro, le stand-up et la narration, avec des accessoires et des jeux de mots toujours ! Alo est non binaire et leur pronom est « they ». Alo vit à Montréal, et a participé à Montreal Sketchfest, Pride Montreal, Ladyfest, Off-Fringe, Zoofest & OFF-JFL. Alo anime et coproduit Stand-up Story Slam, un spectacle de monologue comique. Alo a étudié la biologie pendant des années et se concentre désormais sur les arts !