Études conviviales | Seances for the Living

BIOGRAPHIES

 

Sophie Le-Phat Ho est une organisatrice culturelle qui a grandi à Tiohtià:ke/Montréal et sa banlieue. Pendant plus d’une décennie, elle a expérimenté avec diverses tactiques féministes anti-racistes pour faire émerger des solidarités intersectionnelles par le biais de l’organisation communautaire, de l’édition et du commissariat, particulièrement au sein de centres d’artistes autogérés. Ses écrits individuels et collectifs ont été publiés dans esse arts + opinions, Inter art actuel, Le Merle, Heteropolis, entre autres. Co-rédactrice du fanzine Represent: Fuck White Supremacy, elle a également été rédactrice et co-rédactrice invitée pour .dpi, No More Potlucks, FUSE et MICE. Cofondatrice du collectif transdisciplinaire Artivistic, elle s’implique actuellement à Brique par brique, un projet d’habitation communautaire et de centre social.

 

Ronald Rose-Antoinette est un auteur martiniquais dont le travail se consacre à l’assemblage critique des pratiques dévotionnelles et de la confection d’images. Il a été co-rédacteur d’Inflexions, revue en ligne du SenseLab, et d’Immediations, une série de livres lancée aux Open Humanities Press. Ses écrits ont été publiés dans FUSE Magazine, Flash Art International, Inflexions, No More Potlucks et MICE Magazine, entre autres. Il a également oeuvré à la fabrication de Nocturnal Fabulations: Ecology, Opacity and Vitality in Apichaptong Weerasethakul’s Cinema (OHP), un livre dédié au réalisateur thaï Apichatpong Weerasethakul. Il vit à Tiohtia:ke/Montréal.

 

Title. Double click me.

 

L’écriture académique et la pratique artistique de Dr. Denise Ferreira da Silva portent sur les enjeux éthiques de la situation contemporaine mondiale et ciblent les dimensions métaphysiques et onto-épistémologiques de la pensée moderne. Denise Ferreira da Silva est actuellement professeure et directrice du Social Justice Institute (the Institute for Gender, Race, Sexuality, and Social Justice) à l’Université de la Colombie-Britannique. Parmi ses réalisations artistiques figurent des textes publiés dans le cadre des biennales de Liverpool et de Sao Paulo de 2016, et en tant que conseillère à Natasha Ginwala, commissaire de Contour 8 Biennale (Mechelen, 2017), ainsi que des événements (performances, conférences et sessions privées) et textes dans le cadre de sa propre pratique tels que Poethical Readings (en collaboration avec Valentina Desideri), la pièce de théâtre Return to Vanishing Peasant (en collaboration avec Ros Martin) et le film Serpent Rain (en collaboration avec Arjuna Neuman, 2016).

 

 

Nasrin Himada est un.e auteur.e, un.e rédacteur.rice et un.e commissaire palestinien.ne résidant et travaillant à Tiohtià:ke/Montréal, en territoire Kanien'kehá:ka. Ses écrits en art contemporain ont été publiés dans Canadian Art, C Magazine, Critical Signals,

The Funambulist, FUSE Magazine, MICE Magazine, entre autres. Il.le est co-rédacteur.rice de contemptorary.org

 

Jamilah Sabur est une artiste interdisciplinaire née à Saint Andrew, en Jamaïque. Elle a obtenu sa maîtrise en arts visuels de la University of California San Diego en 2014 et son baccalauréat en sculpture interdisciplinaire du Maryland Institute College of Art en 2009. Elle s’intéresse à la cognition incarnée, au mimétisme social, à la dissonance, au rituel et à l’étrangeté. Parmi ses expositions et projections récentes figurent : The Pérez Art Museum Miami, Current Projects, Miami; ICA London (Royaume-Uni); The 39th International Festival of New Latin American Cinema, Havane (Cuba); (S8) Mostra de Cinema Periférico, A Coruña, Galice (Espagne); Busan Corner Theater, Busan (Corée du Sud). Sabur vit et travaille à Miami, en Floride.

 

Mariana Marcassa est chercheure postdoctorale en arts à la Universidade Federal Fluminense à Rio de Janeiro (Brésil) et chercheure invitée au SenseLab à l’Université Concordia. Elle vit et travaille actuellement à Tiohtià:ke/Montréal, où elle développe une approche théorique et pratique de l’exploration du son et de la voix, ainsi que la création de techniques d’écoute expérimentales. Son travail propose une ouverture vers l’habitation de différents corps : extra-humain, infra-humain, animal, végétal, minéral, moléculaire. Ses performances ont été présentées localement et à l’étranger, dont à la Fonderie Darling et à Eastern Bloc à Tiohtià:ke/Montréal, à MAM à Sao Paulo, au Museo do Mar et au MAC à Rio de Janeiro, et à la Galerie Matadero à Madrid (Espagne).

 

 

Annie Wong est une artiste multidisciplinaire, une auteure et une organisatrice communautaire. Sa recherche actuelle porte sur l’esthétique de l’engagement social et les rituels de mémoire dans la diaspora sino-canadienne. Son travail a été présenté dans des festivals et galeries à travers le Canada, tels qu’à The Art Gallery of Ontario, à Intersite: Visual Arts Festival (Calgary, AL) et à Third Space (Saint John, NB). Ses écrits les plus récents ont été publiés dans Canadian Art, Performance Research Journal, MICE Magazine et The Shanghai Literary Review. Elle détient un baccalauréat en littérature anglaise et une maîtrise en communication et culture de l’Université York.