Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

Crédit: Clara Lacasse

ASSEMBLAGES SOUPLES 

CYCLE 2 :

PARTITION POUR UN DIALOGUE ENTRE PERSONNES

23.04.2019 - 23.05.2019 

Performance et installation par

Danielle Aubert, Bianca Ibarlucea et Kikko Paradela

 

Organisée par Danielle St-Amour

Présentée par la Galerie SBC

ÉVÉNEMENTS

PERFORMANCES LIBRES

24 AVRIL - 26 AVRIL, 14H - 15H

 

VERNISSAGE / RÉCEPTION

27 AVRIL, 14H - 17H

 

DISCUSSION AVEC LES ARTISTS

27 AVRIL, 15H 

BIOS

Kikko Paradela est un chercheur et designer graphique établi à Detroit. Sa pratique indépendante, You VS Jesus, se concentre sur l’interactivité, l’identité et l’installation au sein des secteurs artistiques et culturels. Il a effectué des études de design graphique au College for Creative Studies, tout en réalisant une résidence au Centre Zen de Detroit. Il a travaillé à New York pour 2×4 et Base Design, ainsi que de façon indépendante sur des projets auprès d’institutions des mondes de la mode, de la culture, de l’éducation. Il enseigne le design interactif au département de Communication Design du College for Creative Studies. Il est un membre actif du collectif OmniCorpDetroit, un hackerspace localisé à Detroit. Il est présentement le directeur créatif de MEANS TV, une plateforme post-capitaliste de divertissement. 

 

 

Danielle Aubert est une chercheuse et designer graphique dont la pratique s’intéresse aux matériaux, aux méthodes de production, aux machines et à la main d’oeuvre. Elle est l’auteure de Marking the Dispossessed (2015: Passenger Books) et 16 Months Worth of Drawings in Microsoft Excel (2006: Various Projects). Elle a co-écrit, avec Lana Cavar et Natasha Chandani, Thanks for the View Mr Mies (2012: Metropolis Books). De 2013 à 2015, elle a été Boursière des Arts de l’Université Princeton. Elle détient un baccalauréat en étude de littérature anglaise de l’Université de Virginie (1998) et une maîtrise en design graphique de l’Université de Yale (2005). Elle travaille actuellement à l’écriture d’un livre portant sur la Detroit Printing Co-op, ayant existé entre 1969 à 1980. Elle enseigne le design graphique en tant que professeure associée à la Wayne State University de Détroit.

 

 

Bianca Ibarlucea est une designer graphique et chercheuse mexico-américaine, née à Los Angeles, et basée à Détroit. Sa pratique fait appel à des procédés participatifs, ayant pour objectifs d’activer et d’interrompre l’environnement humain, ainsi que de le sensibiliser sur les l’expérience des personnes marginalisées. Sa recherche actuelle s’intéresse à la détérioration des dispositifs de reconnaissance automatique de la parole, et leur capacités limités à identifier des voix à accent. Elle détient un baccalauréat en Design graphique de la Wayne State University. Bianca exerce présentement sa pratique en design graphique auprès du Musée d’art de Cranbrook, ainsi qu’à la la Cranbrook Academy of Art, où elle conçoit les identités graphiques des expositions, les publications, et a récemment repensé l’identité du Musée, sous la direction de Andrew Blauvelt. 

 

   DESCRIPTION

Durant le premier Cycle d’ASSEMBLAGES SOUPLES, le groupe de travail Collective Question a exploré le rôle que jouent les documents dans la formation et la mise en place de structures de pouvoir, de pédagogies et d’engagements collectif. À partir de leurs recherches sur le Tolstoy College — une communauté éducative anarchiste active entre 1968 et 1985 à l’Université d’état de New York à Buffalo (SUNY Buffalo) — CQ a fait usage du syllabus pour structurer l’espace d’exposition et offrir un encadrement pédagogique. Pendant trois jours à SBC, CQ a composé un syllabus pour ASSEMBLAGES SOUPLES, faisant de l’environnement de la galerie et du design d’exposition ses éléments. Des objets ordinaires incluant balais, chaises, tables, étagères et autres sont devenus les éléments du syllabus, en plus du mobilier de la galerie et des documents d’archives photocopiés. Au cours du Cycle 1, ce syllabus a été utilisé de diverses façons — comme siège, scène, comme site de recherche ou de production et en tant que document à être consulté, critiqué, annoté et transformé par les artistes invités et publics.

 

Cet examen du document sous forme du syllabus a élargi la conversation sur le thème du design graphique. Sous une série de conférences et d’ateliers coorganisés par Chris Lee et Ali Shamas Qadeer, des artistes et des penseurs.euses invité.es ont posé un regard critique sur les aspirations et les thématiques parfois inquiétantes qui sous-tendent le design graphique en tant que discipline. En ramenant le regard extérieur porté par le design (que peut-il faire ?) sur les designers eux-mêmes (que fait-il vraiment ?), les participant.es ont visualisé le rôle du design en tant qu’outil, échafaudage et dynamiques de pouvoir au sein d’espaces et de disciplines variés.

 

Intitulé PARTITION POUR UN DIALOGUE ENTRE PERSONNES, le Cycle 2 d’Assemblages Souples accueille maintenant Danielle Aubert, Bianca Ibarlucea et Kikko Paradela, des artistes, chercheur.euses et concepteur.rices graphiques présentement établis.ies à Détroit. Dans ce cycle, les trois artistes mèneront une conversation sous la forme d’une partition, d’une performance, d’une publication et d’une archive où se juxtaposent leurs pratiques respectives. Ils investiguent ensemble le travail dans son processus : ce qui est mis en premier plan, ce qui reste fixe, ce qui est mis de côté, ce qui est vu et ce qui ne l’est pas.

 

Suite aux élections américaines de 2016, le groupe commença son travail dans le cadre d’une coalition informelle appelée What Is To Be Done ? (Qu’y a-t-il à faire ?). Ses membres aspiraient alors à utiliser leurs compétences — notamment en design graphique, en impression, en programmation et en outils de communications — en réponse au climat politique tendu qui s’ensuivit.

 

Pendant plusieurs mois, le groupe s’est rencontré hebdomadairement afin de concevoir et d’imprimer des écriteaux chez une coopérative de sérigraphie locale, lesquels furent distribués lors de manifestations. De plus, ils ont participé à de nombreuses assemblées communautaires et à des formations pour organisateurs en milieu du travail et en politique. Depuis 2017, ils ont tous les trois joint la section de Détroit du Democratic Socialists of America (DSA). La même année, le groupe a mené un atelier à la Allied Media Conference, un rassemblement annuel d’activistes pour la justice sociale à Détroit, puis a participé en 2018 à l’événement SPACE SPACE SPACE au Cranbrook Academy of Art, une « unconference » (« non-conférence ») sur la pédagogie alternative.

 

Aubert, Ibarlucea et Paradela saisirent ce rassemblement comme une opportunité de réfléchir à leur processus en tant qu’organisateurs, designers et à titre de collectif. Ensemble, ils ont joint des extraits de conversations échangées alors qu’ils travaillaient sur WITBD? portant sur l’organisation politique, le colonialisme, l’autorité, le travail, le langage, la distribution, ainsi que sur des questions spécifiques à l’enseignement, à la pédagogie et à l’espace de la salle de classe. Ils ont conçu une partition basée sur des signaux subtils propres à leur environnement immédiat (tels que la consultation des téléphones cellulaires par le public, des éternuements, etc.) dans le but de mener de courtes conférences portant sur une variété de sujets.


En réfléchissant aux nombreuses stratégies conçues pour révéler des processus normalement invisibles — incluant des technologies de synthèse vocale, des méthodes d’écriture de partition similaires aux cycles RSVP de Leonard Halprin, ainsi que des théories d’organisation basées sur la Pédagogie des opprimés du théoricien Paolo Freire — le groupe (accompagné à distance de Ibarlucea) a développé une partition afin de visualiser leur travail collaboratif. Durant trois jours, ils seront en interaction avec les composantes qu’ils auront ajoutées à l’INDEX d’Assemblages Souples (la.sbcgallery.ca) : affiches, pancartes de protestation, livres, zines, pamphlets et documents similaires. Ils produiront une publication collective qui sera révélée lors d’une réception publique le samedi 27 avril et sera disponible pour consultation sur place durant la suite de l’exposition.