Semaine 1
6 - 12 octobre

Images tirées de : Cherán par Victor Arroyo, Mexique, long métrage documentaire HD, couleur, son stéréo, 70 min., 2021

press to zoom

Images tirées de Cherán par Victor Arroyo, Mexique, long métrage documentaire HD, couleur, son stéréo, 70 min., 2021

press to zoom

Images tirées de Cherán par Victor Arroyo, Mexique, long métrage documentaire HD, couleur, son stéréo, 70 min., 2021

press to zoom

Images tirées de : Cherán par Victor Arroyo, Mexique, long métrage documentaire HD, couleur, son stéréo, 70 min., 2021

press to zoom
1/3
Cherán (2021)

Réalisé par Victor Arroyo
Mexique, Couleur, Stéréo, HD, 70 mins., 2021

Film en espagnol avec sous-titres en anglais

Une révolution tranquille se déroule dans la forêt P'urhépecha du Michoacan au Mexique. En 2011, les communautés P'urhépecha à Cherán se soulèvent face à l'exploitation forestière illégale, aux narco-cartels et à diverses formes d'extraction. Ces communautés autochtones sont les victimes ancestrales du pouvoir de l'État et des formes coloniales de gouvernance tissées de violentes disparités de race, de classe et de géographies. À la suite des événements de 2011, Cherán devient la première communauté autochtone autonome dotée d'un système de gouvernance fondé sur les traditions P'urhépecha, officiellement reconnue par l'État mexicain. 

S'inscrivant dans la tradition du cinéma vérité, ce documentaire reflète les rythmes et les textures de l'expérience vécue par les militants autochtones de Cherán. À travers l'observation attentive de leur quotidien, cette étude ethnographique tisse des liens avec diverses géographies et environnements ruraux, des campesinos et activistes locaux aux milices locales autochtones. Entre cinéma vérité et ethnographie, ce documentaire met en lumière l'espace rural et la forêt en tant qu'ensembles de relations, où diverses formes d'activisme P'urhépecha se déploient dans le paysage de façon novatrice.


L'événement est gratuit. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un courriel à rsvp@sbcgallery.ca en indiquant le nom du ou des films que vous souhaitez visionner. Vous recevrez un lien pour accéder au film le jour de l'événement.

Visual_Podcast Week 1.jpeg
00:00 / 39:35

Cet épisode présente deux conversations : une première entre la curatrice Michele Fiedler Fuentes et Victor Arroyo, suivie de la lecture d'une conversation entre Victor Arroyo et Tatá Meche, traduite en anglais et racontée par Victor lui-même. 

 

Victor Arroyo (né au Mexique et établi à Montréal) est un artiste vidéo qui travaille à la croisée du cinéma et de l'art contemporain. S’articulant autour de l'installation, de la vidéo et du cinéma, son travail se base sur une recherche qu'il mène par divers modes d'écoute et de vision, issu de longues périodes d'observation et de documentation. Sa recherche vise à examiner la spécificité et la géopolitique du lieu, en explorant les pistes qui se trouvent entre le sommeil, la recherche ethnographique, l'écriture universitaire et la pratique artistique. Son travail a été présenté au Centre Canadien d'Architecture, au Sheffield Doc/Fest, au Kasseler Dokfest, à la Biennale Internationale d'Art Contemporain du Sud, à la Cinemateca do Museu de Arte Moderna do Rio de Janeiro, à la galerie Leonard & Bina Ellen, aux Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal, au Japan Media Arts Festival, à la Cinémathèque Québécoise et au International New Media Festiva de Santa Fe.

 

José Merced Velazquez, mieux connu sous le nom de Tatá Meche, est né et vit à Cherán, dans l’État de Michoacan, au Mexique. Il est un activiste de longue date et un travailleur culturel du secteur public à la longue carrière politique. Tatá Meche est membre des Carriers of the New Purhépecha Fire de Cherán et a servi de conseiller principal pour le premier Concejo Mayor de Gobierno Comunal, en 2014. Il a auparavant travaillé pour le Secretaria de Los Pueblos Indígenas, une organisation fédérale destinée à soutenir et à encourager les communautés autochtones. Il coordonne présentement le Centro de Documentacion y Estudios del Pueblo Purhépecha.

 Week 1__EXTRA_Instragram_Podcasts_An Exhaling_1.jpg
00:00 / 10:18

Podcast extra : Pour tes chaînes et ta gaine, pour ta poitrine en porcelaine

 

Nous vous invitons à vous joindre à nous et à l'artiste canadienne d'origine colombienne, Helena Martin Franco, pour la lecture de son œuvre.

Sous-titré: Oraison jaculatoire de Corazón Desfasado pour les artistes en arts visuels et médiatiques, multidisciplinaires, interdisciplinaires et plus. 

Année : 2021

Durée : Audio version en française 4min16 / Audio version multilingue 5min22

 

Lecture de la prière : Helena Martin Franco, Google Translate.

Musique de fond : Agnus Vibrateur, Corazón Desfasado, 2019.

Images: 

1. Adivinación, 2014, Photo performance numérique, selfie. 

2. DE LA VIERGE DU LAIT À LA SŒUR EN SOI-MÊME.
Corazón Desfasado; de la virgen de la leche a la hermana en sí, 2005

Crédit photo: Ramez El Hajj 

3. Icono 9.99, cuerpo inmaculado, 2004-2005

De la série « Faites trois souhaits »

Photo numérique.

Helena Martín Franco est née en Colombie et vit et travaille à Tiohtiá:ke/Montréal depuis 1998. Sa pratique interdisciplinaire explore le métissage de différents procédés artistiques et l’hybridation entre des techniques traditionnelles et de nouvelles technologies. Helena crée des autofictions où elle explore la perméabilité et les frontières entre les identités culturelles, nationales et de genre. Ses propositions artistiques participent au dialogue au sujet de la violence sexiste, de l’immigration et de la censure artistique. Dans une perspective féministe, elle tisse des liens entre des collectifs et des organismes culturels afin de favoriser des rencontres et des échanges de pratiques artistiques, notamment entre le Canada et la Colombie. Elle est fondatrice de L'Araignée, un collectif de diffusion d'art actuel; La Redhada, Red de mujeres artistas del Caribe colombiano; CAVCA, Comunidad de artistas visuales de Cartagena y Bolívar; et Las meninas emputás!, un collectif activiste anti-colonial carthaginois. 

 

Titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, son travail a été présenté en République dominicaine, en Lituanie, en Espagne, en Nouvelle-Zélande, en Colombie, en Bosnie-Herzégovine, en Iran, en Argentine, à Cuba et au Canada.