Joiri_Container_3_LOW.jpeg

HERE COMES THE SUN

Joiri Minaya, Contenants #3, Impression à développement chromogène sur panneau de mousse en PVC, 2017

À PROPOS DE L'EXPOSITION

 

Here Comes the Sun retrace les origines des industries extractives du tourisme à travers les œuvres d'artistes contemporains dont les pratiques examinent les interconnexions entre les héritages coloniaux des plantations agricoles et les économies de services dans les Caraïbes. Faisant allusion à la relation complexe des Caraïbes avec l'industrie du tourisme, Irene de Andres et Katherine Kennedy critiquent les acteurs internationaux et les promoteurs immobiliers qui profitent du bien-être économique, social et environnemental de la région. Contre le regard colonial intrusif, Joiri Minaya dénonce les représentations fictives de la nature et des femmes des Caraïbes comme étant exotiques. Et Ada M. Patterson subvertit les images de cultures pour offrir un commentaire sur la place du sucre et du tourisme dans l'imaginaire culturel barbadien.

 

Les travaux sélectionnés problématisent le trope du paradis attribué aux Caraïbes par l'Occident et posent des questions sur sa construction : Quels sont les fondements historiques de ce trope, pourquoi et pour qui a-t-il été construit ? Ensemble, ces œuvres résistent au regard de l'Occident, abordent la complicité partagée entre les touristes, les communautés diasporiques et les promoteurs immobiliers, et critiquent les conceptions réductrices des Caraïbes en tant que site d'évasion.   

 

Le titre de l'exposition est emprunté au roman de fiction titulaire de l'écrivaine jamaïco-américaine Nicole Dennis-Benn. Dans Here Comes the Sun (2016), Dennis-Benn raconte la vie de trois femmes jamaïcaines sur fond de dynamiques de pouvoir, d'économie et d'inégalités entre les sexes, afin de faire avancer les conversations dans le Nord global sur la complexité des industries du tourisme.

LES ARTISTES
ADA M. PATTERSON
JOIRI MINAYA
IRENE DE ANDRÉS
KATHERINE KENNEDY
Burlington Logo.png

Cette exposition est rendue possible grâce à la généreuse Art Gallery of Burlington