top of page

ARTISTES ET OEUVRES

KOWKÜLEN 1 Ph Cons Gallardo y Raúl Moncada 7.jpg
4b-CC-ITRRU-Install-681x1024.jpg
CONFLUENCES FINALS-10.jpg
Study of a Lost Shoreline_composite detail.jpg
superficies image 1.jpg

Sebastián Calfuqueo fait partie du collectif Mapuche Rangiñtulewfü et de Yene Revista. 
D'origine Mapuche, le travail de Calfuqueo fait appel à son héritage culturel afin de proposer une réflexion critique sur le statut social, culturel et politique du sujet Mapuche dans la société chilienne contemporaine et en Amérique latine. Son travail comprend des installations, des céramiques, des performances et des vidéos afin d'explorer les similitudes et les différences culturelles ainsi que les stéréotypes produits par le croisement des modes de pensée autochtones et occidentaux. Son travail a également pour but de rendre visibles les problèmes que présentent les mouvements de féminisme et de dissidence sexuelle.

Kowkülen (Être Liquide)2020

Video, 1920×1080, HD, 3 minutes.

Vidéo composée d'une pièce audiovisuelle et d'un texte de l'auteur.

L'œuvre est un voyage corporel, personnel et poétique à travers l'eau, les zones humides, les lacs, les mers, les rivières et les sources. Le travail traite du corps, des binarismes, du genre, de la sexualité, des relations historiques de l'eau et de la vie, ainsi que de son potentiel en tant qu'espace vivant, nécessaire aux relations de tous les territoires.

Carolina Caycedo est une artiste multidisciplinaire colombienne, née à Londres, connue pour ses performances, ses vidéos, ses livres d'artiste, ses sculptures et ses installations qui traitent de questions environnementales et sociales. Son travail contribue à la construction de la mémoire historique environnementale en tant qu'élément fondamental pour la non-répétition de la violence contre les entités humaines et non-humaines. Elle vit et travaille à Los Angeles. Elle est lauréate de la première bourse d'artiste latino-américaine 2021-2022 et de la première bourse Borderlands 2020-2022 du Center for Imagination in the Borderlands de l'Arizona State University (ASU) et du Vera List Center for Art and Politics de la New School. 

Serpent River Book, 2017 

Livre d'artiste, 72 pages pliées en accordéon, impression offset, toile imprimée couverture rigide.
 

Serpent River Book est un livre d'artiste de 72 pages pliées en accordéon, qui combine des images d'archives, des cartes, des poèmes, des paroles de chansons, des photos satellites, avec les propres images et textes de l'artiste sur la diversité bio-culturelle des rivières, dans un collage long et méandreux. La publication fluctuante peut encadrer de nombreux récits. En tant que livre, elle peut être ouverte, pliée et lue dans de nombreuses directions, et possède un potentiel performatif, fonctionnant comme une partition ou comme un outil d'atelier. Serpent River Book rassemble des matériaux visuels et écrits compilés par l'artiste lors de son travail dans des communautés colombiennes, brésiliennes et mexicaines touchées par l'industrialisation et la privatisation des systèmes fluviaux.
 
Le livre fait partie d'un ensemble de travaux en cours intitulé "Be Dammed", qui étudie les effets de l'extractivisme sur les paysages naturels et sociaux, en explorant les dynamiques de pouvoir associées à la corporatisation et à la décimation des ressources en eau.

Mei-Kuei Feu est une artiste montréalaise, née à Taipei. Elle a grandi sur les rives de la rivière Keelung sinueuse, verdoyante et menaçante avec ses débordements. Depuis, elle s'intéresse à notre rapport avec la nature et explore l'aspect sensible de l'eau par la photo, la vidéo, l'installation et l'intervention publique. La réalisation Eaux vives, en 2004, a marqué un moment décisif de cette aventure. Récemment, elle a créé le blogue Flux Yamaska pour partager des récits de la rivière Yamaska.

FLUX, 2018

Installation vidéo à deux canaux synchronisés, HD, stéréo, durée 5 min.
Réalisation, conception, prise de vue, son et montage par Mei-Kuei Feu
Programmation de synchronisation des projections par Paul Turcotte. 

FLUX établit un dialogue entre la nature et l'humain à partir des observations du fleuve Saint-Laurent et des environnements bâtis pour l'eau. Tout commence par un lever du soleil sur un lac en été, les eaux s'apprivoisent, se suivent et se métamorphosent pour se boucler sur un coucher du soleil derrière une patinoire. Entre le clair et l'obscur, l'eau oscillante véhicule l'inspiration créatrice d'un lieu à un autre. Elle révèle un changement perpétuel du monde d'où jaillit une énergie régénératrice.

Genevieve Robertson est une artiste interdisciplinaire ayant une formation en études environnementales, qui travaille entre des processus collaboratifs et matériels, basés sur le lieu. Son travail s'inspire d'une histoire personnelle et intergénérationnelle de travail sur les ressources dans des camps forestiers éloignés de toute la Colombie-Britannique. La pratique de Robertson explore les mondes élémentaires, géologiques et plus qu'humains, en tenant compte du schisme entre le temps primordial et le moment actuel du pétro-capitalisme frénétique, du changement climatique et de l'effondrement de l'écologie. Robertson est titulaire d'un baccalauréat en beaux-arts de l'Université NSCAD (Halifax), d'une maîtrise en beaux-arts de l'Université Emily Carr (Vancouver) et a bénéficié d'un soutien international dans le cadre de résidences, de conférences et d'expositions. Son travail a été publié par The Centre for Alterity Studies, The Capilano Review, The Society for the Diffusion of Useful Knowledge, et a figuré dans les récentes compilations Outdoor School, Fire Season et Art and Climate Change. Elle est d'ascendance britannique et française et vit actuellement sur le territoire traditionnel et non cédé des peuples sn̓ʕay̓ckstx Sinixt Arrow Lakes et Yaqan Nukij Lower Kootenay Band.

Study of a Lost Shoreline, 2017-2019

Aquarelle à base de limon faite à la main et encre sur papier (limon collecté dans les réservoirs Rosevelt, Wanapum, McNarry et Kinbasket du fleuve Columbia), 150 dessins, 11" x 11" chacun,

Study of a Lost Shoreline est une installation de dessins élégiaques inspirés par les changements écologiques causés par l'homme le long du fleuve Columbia, qui commence dans les montagnes Rocheuses de la Colombie-Britannique et se jette dans l'océan Pacifique à Astoria, dans l'Oregon. Le projet est une contribution à "River Relations: A Beholder's Share of the Columbia River", un projet de recherche artistique interdisciplinaire de deux ans entrepris par un collectif d'artistes, de poètes et de géographes. River Relations répond à l'importante construction de barrages sur le fleuve Columbia et à la renégociation actuelle du traité du fleuve Columbia, un accord de gouvernance du bassin hydrographique entre le Canada et les États-Unis. 

Daniel Torres vit à Bogota, sa ville natale, où il enseigne, travaille et joue avec des films 16 mm. Après avoir étudié l'architecture à l'Université Cornell, il a travaillé avec des procédés cinématographiques analogiques et des projets documentaires, tout en travaillant comme traducteur et designer. Son travail utilise des procédés artisanaux de développement et de tournage pour explorer la relation entre l'image, la matérialité et la mémoire.

Superficies/Surfaces, 2020

22min, 16mm & Video, Residencias Walden (Résidence “Desde el río”)

Explorant la décision de la Cour Constitutionnelle colombienne de déclarer la rivière Atrato sujet de droit, Superficies est un carnet de voyage personnel qui pose la question : "Comment interroge-t-on une rivière ?" Filmant la ville de Quibdo, en Colombie, et ses environs à l'aide d'un téléphone portable et d'une bolex, il aborde la rivière comme un paysage qui existe au-delà de ses rives, en demandant aux personnes qui vivent à ses côtés ce qu'elles ressentiraient et ce qu'elles feraient si elles étaient la rivière.

 

bottom of page