ENG FR ACCUEIL EXPOSITIONS ÉVÉNEMENTS RECHERCHE PUBLICATIONS ARCHIVES NOUVELLES INFORMATION SOUTENIR SBC

A Problem So Big It Needs Other People

 

PERFORMANCES & CONVERSATIONS

 

22, 29 mars, 12 et 26 avril 2014
 

Participants :

Basil AlZeri, Daina Ashbee, Tanya Lukin Linklater, Annie MacDonell, Gabrielle Moser, cheyanne turions, et Chelsea Vowel

 

Commissaire : cheyanne turions

 

 

ENTRÉE LIBRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 22 mars, 15 h – 17 h

No Reading After the Internet

Discussion participative moderée par Chelsea Vowel et cheyanne turions
 

photo 1.JPG 2014-3-26-11:48:51

No Reading After the Internet, Chelsea Vowel and cheyanne turions, A Problem So Big It Needs Other People No Reading After the Internet, Chelsea Vowel and cheyanne turions, A Problem So Big It Needs Other People

No Reading After the Internet consiste en une série de salons dédiés à des textes culturels, lus à voix haute par les participants. Derrière ce projet se trouve l’urgence de réformer les publics et de faire de l’expérience de la lecture, dans le contexte actuel, un médium singulier. No Reading After the Internet se définit comme un espace d’apprentissage et de discussion expérimental. Il s’offre comme une occasion de retracer les étapes menant à la construction de la compréhension, en interrogeant de façon productive les moyens individuels et collectifs utilisés pour ce faire, notamment les enjeux propres au langage et à l’interprétation.

 

Participer à No Reading After the Internet suppose qu’une part d’incompréhension exubérante soit reconnue, afin que des moments d’illumination collective puissent avoir lieu. Ce salon traitera de l’essai The reports of our cultural deaths have always been greatly exaggerated écrit par Chelsea Vowel, originalement publié par le magazine FUSE. Il « considère le language comme un outil clé d’autodétermination pour les Autochtones qui ont survécu au génocide, et exige la fin de l’époque coloniale. » [1]

 

[1] http://fusemagazine.org/2013/06/fuse-summer-newsletter

 

 

Site web de Chelsea Vowel

Site web de cheyanne turions

SAMEDI 29 mars, 15 h – 17 h

Pull, Sort, Hang, Dry, and Crush

Performance de Basil AlZeri suivi d'une conversation avec l'artiste

Basil AlZeri sollicitera les sens des spectateurs avec une offrande de fleurs et activera l’espace de la galerie grâce à une performance et à une conférence adoptant la forme d’une séance de conseils.

La pratique de Basil AlZeri se concentre sur l’utilisation de la nourriture, ses modes de préparation et ses techniques de conservation, envisagés comme autant de moyens de résistance face à la colonisation et aux processus d’assimilation forcée. Elle découle de ses expériences personnels en tant que colon auto-proclamé, immigrant, visiteur et nouveau citoyen.

La performance interactive Pull, Sort, Hang, Dry and Crush implique des cultures alimentaires et leur replantation. Transportés sur des milliers de kilomètres, les plants sauvages de thym feront l’objet d’un nouvel usage grâce au processus de séchage, de broyage et d’entreposage. L’artiste parlera de l’origine des plantes tout en recréant la recette du Zataar d’après la technique de sa mère.

Du thé sera servi.

 

 

SAMEDI 12 avril, 15 h – 17 h 

No Looking Afer the Internet

Discussion participative modérée par Gabrielle Moser et Annie MacDonell

No Looking After the Internet, Gabrielle Moser & Annie MacDonell

No Looking After the Internet, Gabrielle Moser & Annie MacDonell, A Problem So Big It Needs Other People No Looking After the Internet, Gabrielle Moser & Annie MacDonell, A Problem So Big It Needs Other People

No Looking After the Internet est un « groupe d’observation » qui propose aux participants de regarder une image (ou un ensemble d’images) avec laquelle ils ne sont pas familiers pour en faire la lecture ensemble à voix haute. No Looking After the Internet propose d’examiner des images sélectionnées en lien avec une exposition ou une recherche en cours sans recourir aux contextes donnés par les légendes, le lieu d’exposition ou une conférence prononcée par l’artiste. Plutôt, il s’agit d’offrir un espace et un temps où il est possible d’approfondir l’observation afin de s’interroger sur ce qui est possible de voir lorsque nous regardons des images de façon plus lente et collective, en partageant nos réponses avec les autres.

  

No Looking After the Internet, qui prend comme point de départ le fait que les observateurs n’ont pas toujours confiance en leur capacité d’interprétation, a pour objectif de réfléchir aux difficultés rencontrées par les pratiques du regard. Comment une approche ralentie de l’observation nous permet-elle d’adopter un point de vue réflexif quant à notre rôle de spectateurs ? Comment regardons-nous les images différemment lorsque nous les interprétons collectivement ?

 

No Looking After the Internet est un projet collaboratif en cours basé à la TPW Gallery à Toronto. Il tire son titre et son inspiration du groupe de discussion et de lecture à voix haute No Reading After the Internet, qui se réunit régulièrement à Toronto et Vancouver.

(http://noreadingaftertheinternet.wordpress.com/).  

 

 

Site Web de Gabrielle Moser

Site Web d'Annie MacDonell

 

 

SAMEDI 26 avril, 15 h – 17 h   

Slow Scrape

Performance par Daina Ashbee suivi d'une discussion avec Tanya Lukin Linklater

 

Slow Scrape, Daina Ashbee and Tanya Lukin Linklater

A Problem So Big It Needs Other People Tanya Lukin Linklater Daina Ashbee, Slow Scrape A Problem So Big It Needs Other People Tanya Lukin Linklater Daina Ashbee, Slow Scrape

Prenant comme point de départ la série de trois bannières présentées dans l’exposition à la galerie SBC, la performance Slow Scape utilisera ces bannières à la manière de partitions pour le mouvement. S’appuyant sur des extraits de The Harvest Studies de Tanya Lukin Linklater, les textes, qui se concentrent sur les traductions entre le savoir empirique, les schémas théoriques et les langages autochtones, sont informés par les actions politiques de l’hiver 2012-2013.

Ces textes serviront de fondement à une performance, conçue comme une négociation entre Tanya Lukin Linklater et la danseuse montréalaise Daina Ashbee. Le processus entre l’artiste et la danseuse prend la forme d’une traduction où le texte structure la performance.

 

Site Web de Daina Ashbee

Site Web de Tanya Lukin Linklater

 

 

 

Pour plus d'informations sur l'exposition, veuillez cliquer ICI

 

Cette exposition est présentée dans le cadre du Programme ciblé sur la Souveraineté de la galerie SBC.

- Retour à la liste